mardi 8 mai 2018

Commémoration de la victoire du 8 mai 1945

Aujourd’hui, nous avons commémoré la fin de la seconde guerre mondiale, il y a 73 ans. 

Pour l'anecdote, la date du 8 mai est également la date anniversaire du décès de Jules Dumont d'Urville (il devait mourir en 1842, avec sa femme et son fils de 14 ans, dans un des premiers accidents de chemin de fer, en se rendant à la fête du roi à Versailles).

L'occasion de conserver sur notre île une tradition républicaine qui marque une date importante de notre histoire, et saluer la mémoire de ceux qui ont combattu pour « la victoire de la démocratie, des valeurs universelles et de la dignité de l’Homme » - se souvenir pour que la barbarie ne se reproduise pas ! 

A part les personnels sur le terrain et ceux qui ont travaillé de nuit, presque tous les hivernants étaient présents (malheureusement pas toujours sur les photos, pas facile de cadrer à -20°C).

Après la levée des couleurs et l’hymne national, le Dista a lu (au chaud) le message de la Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des armées, puis nous avons partagé le verre de l'amitié.





Crédits photos: Nathalie JAMOT

jeudi 3 mai 2018

Un œuf!

Premier œuf découvert aujourd'hui dans la manchotière, entre les pattes d'un mâle. Il le couvera jusqu'à l'éclosion. La femelle est repartie en mer pour chercher de la nourriture, c'est donc lui qui jeûnera, pendant deux mois, en attendant son retour.

Un futur père se repère avec son déplacement, gauche, car il peut à peine marcher en gardant l’œuf au chaud, sur ses pieds, sous son pli de peau protecteur, pour éviter tout contact avec le sol glacé. Il soulève périodiquement ce bourrelet pour faire tourner l’œuf, et garder ainsi sa chaleur uniforme (ne pas exposer les mêmes parties au froid: la température sous le repli est estimée à 30°C tandis que la température extérieure descend désormais en-dessous des -20°C).

Crédit photo: Delphine MENARD

dimanche 29 avril 2018

Quelques nouvelles des Empereurs

Presque tous les reproducteurs sont désormais arrivés. La colonie est formée, et s'étend entre Lamarck et Rostand.

Crédit photo: Nathalie JAMOT
Couloirs d'arrivée et position de la colonie

Depuis l'arrivée du premier manchot Empereur le 19 mars dernier, la population a crû rapidement, jusqu'à plus de 8000 individus. Le maximum des arrivées a eu lieu le 12 avril, avec 980 nouveaux manchots comptabilisés sur la journée. Ils sont encore 20 à 25 à continuer à arriver par jour. En 2017, la dernière arrivée a été enregistrée au 5 mai.
Suivi du nombre d'individus à la manchotière (graphe Alexandre BADUEL)

La débâcle et le mauvais temps dans la première quinzaine du mois ont compliqué les comptages, les manchots n'arrivant pas en colonne. Alexandre, l'ornithologue du programme 109*, a dû opter pour le photo-comptage: prise de photo quotidienne, puis comptage "à la main" (et à l’œil) du nombre d'individus.
Zoom sur un photo-comptage, travail de titan (crédit photo: Alexandre BADUEL)

Les vocalises résonnent sur la banquise, les couples se forment, c’est la fin de la parade ; la reproduction a commencé. 
On ne peut s’empêcher d'interpréter les attitudes et les gestes délicats comme des marques de tendresse.

Delphine, l’ornithologue du programme 137**, a réalisé depuis l’arrivée des Empereurs un suivi des individus transpondés.
Le programme vise à évaluer les capacités d’adaptation des manchots Empereurs aux changements globaux environnementaux (écologie comportementale et dynamique des populations). Pour limiter les impacts sur les oiseaux, les chercheurs ont préféré au baguage la pose de transpondeurs sous-cutanés (sur les manchots, les bagues se posent à l’aileron, contrairement aux autres oiseaux, et peuvent gêner l’oiseau pendant la nage, par exemple).
Les individus transpondés sont repérés via des antennes de détection, puis marqués avec de la teinture pour cheveux, et photographiés.

L'antenne est placée sous la neige; lorsqu'un individu transpondé passe sur l'antenne, un signal est envoyé au logiciel de suivi de l'ordinateur dédié, indiquant le numéro attribué à l'individu
(crédits photos: Delphine MENARD)
Romain, le technicien Météo, avec le pinceau au bout de la perche, pour marquer les manchots à distance
(crédit photo: Delphine MENARD)
Manchot marqué: celui-ci, c'est "M20", surnommé "Alfred" (crédit photo: Delphine MENARD)
Il est plus difficile de repérer les manchots marqués dans la manchotière (crédits photos: Ewan TESSIER)

Les multiples voies d’arrivées des manchots, l’épaisse couche de graisse qu’ils ont accumulée avant la phase de reproduction, les températures qui affectent le matériel informatique, la neige qui se dépose sur le pinceau, le vent qui fait dévier la perche ou encore les chutes de neige recouvrant les antennes de détection… autant d’éléments qui rendent la chose assez « sportive », malgré l’apparente simplicité du protocole. Une centaine de manchots transpondés ont pu être repérés cette année en dépit des tempêtes.

Les débâcles et embâcles successifs ont généré par endroit des marches d'1 mètre 50, compliquées à franchir et occasionnant des "bouchons" sur les routes de la colonie (crédit photo: Delphine MENARD)
Jusqu'à ce qu'ils trouvent une entrée, par exemple par la mer (crédit photo: Hélène LARMET)

Les joies du terrain pour les scientifiques et ceux qui les aident. Ici, Gauthier, l'électronicien, et Corentin, l'informaticien, qui suivent l'ordinateur pour indiquer à Delphine quel manchot est transpondé pour qu'elle le marque
(crédit photo: Delphine MENARD)

En parallèle du suivi des mouvements de ces individus marqués, et de l’identification de leurs partenaires, depuis quelques jours, Delphine est passée à une autre phase de son programme : l’étude acoustique, aux différents stades de la reproduction. Chaque manchot est en effet identifiable par son chant, amplifié par sa cage thoracique, véritable « signature vocale » nécessaire au manchot pour reconnaître son partenaire, ou bientôt son petit, dans la foule.
Delphine avec son dispositif d’enregistrement, qu'elle devra pointer vers l'individu marqué qu'elle veut enregistrer
(crédit photo: Georges VERNOIS)
De quoi intriguer les "cobayes" (crédit photo: Delphine MENARD)
Cette étude vise à établir si ce chant est une information sur la « qualité » de l’individu : par exemple s’il change en fonction de l’âge, de l’état physique (début du jeûne vs fin du jeûne).
Le chant joue un rôle dans la reproduction, c’est le « premier contact ». Pour faire son choix, l’animal s’intéresse ensuite notamment aux taches jaune orangé du cou et de la tête du partenaire potentiel.

Le chant des femelles est saccadé, celui des mâles plus lent.

A ce stade, la plupart des couples sont formés, et il reste davantage de femelles que de mâles. Ces jours-ci, lorsqu’un mâle chante, c’est la compétition : un raz-de-marée de femelles afflue vers lui, et les coups d’ailerons pleuvent.
Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer ce ratio mâles/femelles déséquilibré : le jeûne très long du mâle (2 mois) au début de la reproduction pourrait raccourcir sa durée de vie ; ou les mâles pourraient ne pas revenir se reproduire chaque année.

Bien des choses sont encore à découvrir !


* programme 109 : ORNITHOECO (Oiseaux et mammifères marins sentinelles des changements globaux dans l’océan austral), Centre d’étude biologique de Chizé

** programme 137 : ECOPHY (Stratégie alimentaire et mécanismes d’adaptation comportementale et physiologique des manchots face à la variabilité climatique : limites et impact sur la dynamique des populations), Institut pluridisciplinaire Hubert Curien, Strasbourg